Archive for the 'musicologie' Category

Diva – The family tree of French electro in 2008

08/02/2018

Diva no. 1 - March-April 2008 - pp. 14-77-79 - The family tree of French electro in 2008 by Christelle Dierickx, Alain Jouve and Sébastien Licky (source : scan Christophe Monier - The Micronauts WordPress blog)

Diva no. 1 - March-April 2008 - p. 81 - The family tree of French electro in 2008 by Christelle Dierickx, Alain Jouve and Sébastien Licky (source : scan Christophe Monier - The Micronauts WordPress blog)

Here is the fourth and last diagram of our series (after Nova Magazine’s Parisian DJs subway map from 1996 and French touch artists’ relationships sketch from 1999, then Jockey Slut’s Underground map of electronic music from 2000). The family tree of the French electro scene was published in the first issue of the short-lived women’s music magazine Diva, dated March-April 2008. A couple of influential non-French acts were included.

About a decade after the other diagrams, what was called French touch 2.0 was in full swing, with a harder and rockier sound. This time, new wave and EBM influenced-producers were represented.

“My album ‘Damaging Consent’ had just been released on Vitalic-owned Citizen Records​, along with a compilation of some of the best remixes I have done as The Micronauts. It felt great to be surrounded by such big names.”

[Team The Micronauts]

Jockey Slut’s Underground Map Of Electronic Music

01/02/2018

Jockey Slut Vol. 3 no. 5 - June 2000 - p. 26 - The Underground map of electronic music by Jim Butler, Rick Butler, Scott McCready and Harriet Fuller (source : scan Christophe Monier - The Micronauts WordPress blog)

Following Nova Magazine’s Parisian DJs subway map from 1996 and French touch artists’ relationships sketch from 1999 that we posted the last two weeks, here is the third diagram of our series. The Underground map of electronic music was published in June 2000 in Jockey Slut, a legendary British magazine which ran between 1993 and 2004 and was the bible of indie dance and everything leftfield.

The Micronauts are to be found on the “Beats” line, surrounded by the “Indie dance” and the “Techno” lines.

“I was pretty happy and proud to share the same line as Daft Punk, Lil Louis, The Chemical Brothers, Massive Attack, Portishead Tipper, KLF, etc., as well as being close to a few music heroes of my adolescence such as New Order or Primal Scream!”

[Team The Micronauts]

Nova Magazine’s Sketch Of French Touch Artists’ Relationships From 1999

25/01/2018

Nova Magazine nº 51 - mars 1999 - pp. 29 - diagramme des relations entre les artistes de la French touch (source : scan Christophe Monier - The Micronauts WordPress blog)

— Sketch of relationships between French touch artists in 1999, when the genre was at its height —

Following the Parisian DJs subway map that we posted last week, here is another diagram from Nova Magazine, originally published in March 1999. Designed by DJ Ivan Smagghe and music journalist Patrick Thévenin, It shows the work relationships, friendship and love, real or fantasized, between artists of the so-called French touch.

It should not be taken too seriously and the tone of the article that accompanies it is pretty satirical. As it’s written, those who make sense of it can boast of being part of the gang!

“This time I do appear in the diagram, but casted out as an outsider. Which of course I was very happy, I’ve never been comfortable with being tagged or put in a box, ha ha!”

[Team The Micronauts]

Nova Magazine’s Subway Map Of Parisian DJs From 1996

19/01/2018

Nova Magazine nº 16S - avril 1996 - pp. 26-27 - plan du métro des DJs parisiens (source : scan Christophe Monier - The Micronauts WordPress blog)

— An archive document on the French touch early days! —

Diagrams such as subway maps or family trees were a popular way to show connections between artists. We’ve got four to share with you in the coming weeks.

This first one was published in April 1996 in Nova Magazine. Designed by music journalists George Bailey, David Blot and Vincent Borel, and mimicking a London Underground map, it claimed to represent every Parisian DJs of the time.

“I wasn’t a DJ yet, but those from the eDEN collective and those with whom I was making music (Tom Bouthier in The Eurostars, DJ Pascal R in Impulsion, Patrick Vidal in Discotique) are all there!”

[Team The Micronauts]

Le premier article sur The Micronauts paraît dans Coda

21/12/2017

Coda publie en janvier 96 le premier article sur The Micronauts (à l’époque duo formé de Christophe Monier et George Issakidis). Celui-ci est signé d’un autre grand nom du journalisme musical électronique, Jean-Philippe Renoult, et fait suite aux chroniques parues dans le nº du mois précédent, écrites par Jean-Yves Leloup. Les deux journalistes s’associeront peu après pour écrire le livre de référence Global Tekno.

Global Tekno est aussi une série d’expositions organisées avec Radio FG, la première en juillet 1995 à l’American Center de Bercy. L’occasion d’annoncer la 7e édition qui aura lieu en mai 2018 au CIAM-La Fabrique à Toulouse.

[Team The Micronauts]

Fin 1995, Christophe sort trois vinyls coup sur coup

14/12/2017

« Le hasard des calendriers des sorties fait coïncider fin 1995 celles de trois vinyls que j’ai réalisés : les deux premiers EPs de The Micronauts (avec George Issakidis) et le deuxième EP de Nature. »

Nature « Away » sort sur Trans, un sous-label d’Azuli Records. The Micronauts « The Jazz » sort sur le label de Brighton Loaded Records, sur lequel Christophe a déjà signé son side-project Impulsion (avec DJ Pascal R). Enfin The Micronauts « Get Funky Get Down », qui inclut le remix par Daft Punk, sort sur le label londonien Phono, également découvreur de Matthew Herbert, de Morgan Geist et de Freaks (alias Luke Solomon & Justin Harris) — c’est ce morceau et ce remix qui ont été réédités cet été sur Micronautics.

Les trois disques se retrouvent chroniqués le même mois sous les plumes prestigieuses de Didier Lestrade dans Libération et de Jean-Yves Leloup dans Coda ! Coda, premier magazine techno français vendu en kiosque et à ce titre précurseur de Trax Magazine et de Tsugi, se distinguait par une esthétique kitsch typique des années 90.

[Team The Micronauts]

En 1993, Têtu fait la part belle à la musique électronique…

06/12/2017

En 1993, Têtu fait la part belle à la musique électronique…

Avant de devenir le magazine phare de la communauté gay, Têtu est un fanzine breton au format changeant créé par Loïc Prigent, futur journaliste-star de la mode, avec l’aide de Gildas Loaec, futur co-fondateur du label de musique et de mode Kitsuné.

« Loïc est fan d’eDEN et nous envoie son premier numéro, qu’on adore. Il écrira ensuite pour notre fanzine. De mon côté je lui écris quelques playlists et chroniques, publiées sous mon pseudo Widowsky. Loïc soutient aussi à fond mon 1er maxi en tant que Nature. »

[Team The Micronauts]

De Rave Age à Respect : quelques flyers emblématiques

26/11/2014

La sortie du film « Eden » de Mia Hansen-Løve et la connexion avec le fanzine eDEN me donne l’occasion de ressortir quelques flyers de mes archives et de me souvenir de cette période.

Au début des années 90, la musique électronique (que le grand public appelle de manière indifférenciée « techno ») s’écoute dans les raves. Grâce à l’absence revendiquée de sélection à l’entrée, le public y est extrêmement mélangé. Jeunes, vieux, homos, hétéros, parisiens, banlieusards, drogués ou pas, toutes sortes de tribus s’y retrouvent et apprennent à faire la fête ensemble. Ce mouvement fait peur aux conservateurs de droite comme de gauche et les raves sont vite réprimées par les autorités. Même lorsqu’elles sont organisées de manière officielle en respectant les réglementations, des interdictions préfectorales tombent à la dernière minute sous divers prétextes, ruinant les organisateurs. S’ensuit un retour vers les clubs, ainsi que la redécouverte de la sélection à l’entrée, de la segmentation du public et d’une drogue passée de mode depuis 10 ans, la coke. En France, ce passage s’effectue au milieu des années 90 et correspond au début de ce qu’on appellera la French touch, avec un nouveau public plus homogène, bourgeois blanc hétéro.

Une sélection de flyers de fêtes organisées ou labellisées par le collectif eDEN entre 1992 et 1995 sont au bout de ce lien, notamment la Yes Party reconstituée pour les besoin du film (où le héros rencontre Tony Humphries) et la toute première soirée Cheers à l’Erotika.

Ci-dessous se trouvent d’autres exemples de fêtes historiques ou représentatives de cette période, auxquelles j’ai participé ou qui m’ont marqué.

Au début du film « Eden » on voit les protagonistes se rendre à une fête Rave Age. Elle symbolise les premières raves françaises organisées par Manu Casana dès 1989. Celui-ci est également le créateur de Rave Age Records, premier label techno français, dont la première référence en 1990 était le maxi « Sexe » de Discotique, le groupe que j’avais créé avec Patrick Vidal.

Rave Age au Collège Arménien, DJ Kees et DJ Freddy B, 13 avril 1990 :

Rave Age – Rave The Bass! à l’Usine Éphémère, DJs Frankie Bones, Adam X, DJ Noodles, DJ Dee, DJ David, DJ Kristian, live PA Ice Bath-Mental MXC, 29 février 1992 (illustration Le Duc) :

Beatattitude était le nom des raves organisées par Cécile Alizon et Nathalie Saphier, par ailleurs membres du collectif eDEN. La première, dont voici le pré-flyer, a lieu dans un ancien entrepôt Saint Maclou squatté en face de la gare d’Austerlitz, devenu aujourd’hui Cité de la mode et du design.

Beatattitude, 25 avril 1992 (graphisme Nathalie Saphier) :

En 1992, Jean-Louis Brossard, programmateur des Rencontres Trans Musicales de Rennes, demande à Manu Casana d’organiser une soirée purement électronique. Ça sera la première Rave Ô Trans. DJ Pascal R avec qui je fais Impulsion y joue en tant que DJ (on jouera en live aux 18e et 19e Transmusicales en 96 et 97).

Rave Ô Trans, live PAs The Orb, 808 State, Underground Resistance, Juan Trip Experience, Pills, DJs Frankie Bones, Mad Mike, Trevor Fung, DJ Lewis, DJ Pascal R, Jack de Marseille, 5 décembre 1992 (pré-flyer et flyer) :

Comme montré dans le film, la scène house parisienne émergente est toute petite, tout le monde se connaît et les Daft Punk sont là. C’est à une rave organisée par le DJ anglais Nicky Holloway à côté d’Eurodisney qu’ils rencontrent le groupe Slam, boss du label écossais Soma sur lequel ils sortiront leurs premiers maxis.

Dance Europe Weekender au Novotel de Collégien, 24 et 25 septembre 1993 :

Sven Hansen-Løve (dont le film raconte la vie) et Greg Gauthier, futurs créateurs de Cheers, ainsi que leur pote Frédéric Veidig, photographe, fêtent ensemble leurs 20 ans.

20, DJs Franck, Grégory Gauthier, Sven Love, Serge Papo, 6 novembre 1993 (illustration et graphisme Nathalie Saphier) :

Alive Party (fête de lancement du 1er maxi des Daft, « The New Wave ») au Blues du nord, DJs Daft Punk, Sven Love, Mush, 1er avril 1994 (graphisme Serge Nicolas) :

Probablement la soirée la plus privée de la French touch, la fête de lancement de Pumpking Records est organisée par les deux boss du label Médéric Nébinger et Éric “Rico” Chedeville. Médéric avait déjà sorti un maxi sur Rave Age Records. Plus tard il s’exilera à New York, sortira un album sur Twisted America et quelques maxis sur Synewave, le label de Damon Wild. Éric lui fondera avec Guy-Manuel de Homem-Christo des Daft Punk le label Crydamoure. Derrière les platines, pas moins que Guy-Man des Daft, Serge Nicolas leur graphiste attitré (et futur organisateur des soirées Paradise Massage), Sven Love, ainsi que les futurs Alan Braxe et Jess & Crabbe !

Pumpking Party, DJs Jess, Crabbe, Guy-Manuel de Homem-Christo, Serge Nicolas, Sven Love, Alain Braxe, 22 juillet 1994 :

Cheers, DJs Greg Gauthier, Sven Love, André, 13 juillet 1996 (graphisme Corentin Seguin de Broin) :

Les soirées Respect co-organisées par Fred Agostini, David Blot et Jérôme Viger-Kohler occupent une grande place dans le film « Eden ». En voici quelques-unes dont celle à La Locomotive (aujourd’hui La Machine du Moulin Rouge), où je jouais en live avec un de mes groupes, Impulsion.

Respect à La Locomotive, DJs Dimitri From Paris, Philippe Zdar, Sven Love, Black, Jef K, Ivan, Yellow, Dee-Lat, live PA Impulsion, 24 septembre 1997 :

Respect Is Burning nº 20 au Queen, DJs David Chong, Valentin et Dr. Old School, 4 mars 1998 (photo Agnès Dahan) :

Respect Is Burning nº 21 au Liquid à Miami, DJs Dimitri From Paris, Daft Punk, Mousse T, Boris Dlugosh et Ricky Morrisson, 11 mars 1998 (photo Agnès Dahan) :

Fnac Music Dance Division – Respect For France

10/01/2011

“Respect For France” compilation (Fnac Music Dance Division 1992); graphic design by Geneviève Gauckler and Didier Lestrade (booklet outside, inside and inlaycard – click to zoom):

I produced two tracks from this compilation: Impulsion “Higher Instrumental” (with DJ Pascal R) and Discotique “Love Dub” (with Patrick Vidal, our engineer Volodia and our friend Alain Quême who later became known worldwide under the alias Alan Braxe).

Fnac Music Dance Division – We Give A French Touch To House

09/01/2011

“We Give A French Touch To House”: bomber jacket issued by the label Fnac Music Dance Division in 1992 to promote its compilation “Respect For France” (click to see the back):

It was given to all the artists of the label, which I was with my bands Impulsion (with DJ Pascal R) and Discotique (with Patrick Vidal).