Bio

(Français ci-dessous)

The Micronauts is the leftfield house and techno project from Christophe Monier, whose Micronautics label relaunches this summer.

Kicking off with a 12” reissue of The Micronauts’ classic 1995 debut “Get Funky Get Down” which includes Daft Punk’s first ever remix, a pummeling, acid techno attack in the lineage of Emmanuel Top, rather than Chic. It was the then barely known duo, having heard the jacking 303 led original at a Parisian rave, who had asked Monier if they could remix the track. The package also sees new remixes from J Dubs (aka Jamie Fry) and Nature.

The return of Micronautics gives an opportunity to reflect on Monier’s massive influence in shaping this world changing scene. From running fanzine eDEN, recently the inspiration for a feature film of the same name, to putting out crazed acid hardware jams like “The Jazz”. Such activities winning him (and George Issakidis, partner in The Micronauts throughout the 90s) fans from The Chemical Brothers to Madonna who later requested The Micronauts remix treatment, Monier’s vision of Paris was harder and more out there than those of his contemporaries.

As one half of Discotique, alongside cult post-punk figure and DJ Patrick Vidal (who had been signed to New York’s seminal Celluloid and ZE Records as part of Marie Et Les Garçons), Monier put out the debut record on Rave Age Records, a label founded in 1990 by organisers of the first raves in Paris.

Monier’s main inspiration was always acid house, like in the pitch shifting madness of “Rock That House Musiq” under another of his monikers, Impulsion, featuring in seminal British clubbing film “It’s All Gone Pete Tong”. The Micronauts could do disco too, twisting up Inner Life and Joyce Sims on “The Jag”, but as director Gregg Araki’s infamous video captured, it was in a druggier, sexier and more explicitly queerish way than anybody else out there.

Micronautics originally launched in 2004 with The Micronauts “Anarchie” EP, which included Dave Clarke and John Peel favourite “High Rise”, an epic techno trip of increasing intensity, but also went on to provide a home for Rituel, a deeper, more garage house based project with Thomas Regnault.

Monier played a pivotal role in the musical legacy of Paris, amassing coverage with everyone from Interview to i-D, Pitchfork to Muzik, NME to The Face, but has never been one to look to the past simply. Micronautics future will build on this history, but without repeating what has gone before. What is sure is that it will sound as distinctive and uncompromising as ever, taking The Micronauts name to a new generation who are living in a world shaped by their original trailblazing sound.

________________________________________________________________

The Micronauts est le projet house et techno de Christophe Monier, musicien et DJ français.

Christophe Monier ressent son premier choc esthétique en écoutant « L’Oiseau de feu » d’Igor Stravinsky à l’école maternelle. Il a 5 ans et vit à Colombes, dans ce qui est alors la banlieue rouge. La musique devient son obsession. Il apprend le piano et la guitare classique, puis la guitare jazz. Plus tard, il étudie les arts plastiques et audiovisuels à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où un de ses professeurs est le compositeur Iannis Xenakis.

Au début des années 90, Christophe Monier forme avec Patrick Vidal le groupe Discotique, qui produit le premier maxi du premier label techno français, Rave Age Records. Il est aussi un des membres fondateurs de eDEN, collectif mythique et premier fanzine français consacré à la techno et la house, considéré comme précurseur de la French touch (eDEN a récemment inspiré le film éponyme réalisé par Mia Hansen-Løve). Monier accompagnera ensuite ce mouvement grâce à ses groupes Impulsion, avec DJ Pascal R, et The Micronauts, initialement avec George Issakidis.

Le premier morceau des Micronauts, « Get Funky Get Down », sort en 1995 accompagné du premier remix jamais réalisé par Daft Punk. Les Chemical Brothers repèrent un autre de leurs morceaux, « The Jazz », ainsi qu’un titre d’Impulsion pour les jouer dans chacun de leurs sets, plaçant le premier dans leur album-DJ mix « Brothers Gonna Work It Out », le second dans leur mixtape « In Glint ». Ils demandent alors aux Micronauts un remix de leur nouveau single « Block Rockin’ Beats » ; il sort en 1997. Vient ensuite un remix par The Micronauts d’« Electricity », le classique pop synthétique d’Orchestral Manoeuvres In The Dark. Au même moment, « Rock That House Musiq » d’Impulsion sort sur Loaded, label de Brighton, et devient un tube au sein de la scène big beat (il servira en 2004 de bande-son à une scène d’anthologie du film de Michael Dowse « It’s All Gone Pete Tong »). Les projets de Christophe Monier acquièrent alors une véritable aura outre-manche.

En 1999, le projet The Micronauts est signé sur le label anglais Science, une division de Virgin distribuée aux États-Unis par Astralwerks. Dans la foulée sort le maxi « The Jag », dont la vidéo est réalisée à Los Angeles par le metteur en scène culte Gregg Araki (il utilisera ensuite ce titre pour la bande-son de son film « Splendor »). Choisi par le NME comme un des 50 singles de l’année, 4e de la catégorie Dance, « The Jag » est considéré aujourd’hui comme un classique. Le NME classe aussi 3e meilleur remix de l’année Underworld « Bruce Lee (The Micronauts Remix) ». Le mini-album « Bleep To Bleep » sort l’année suivante, ainsi que Death In Vegas « Dirge (The Micronauts Remix) ».

Christophe Monier décide en 2000 de se concentrer sur The Micronauts, qui devient son projet solo. Il remixe « Hollywood » de Madonna, Mirwais, Scratch Massive, Vive la fête et lance le label Micronautics. Il y publie en 2004 son morceau « High Rise », qui devient un hymne techno grâce au soutien persistant des DJs Dave Clarke, Sven Väth et Chris Liebing. En 2007, The Micronauts sort sur Citizen Records, le label de Vitalic, un double CD composé d’un nouvel album, « Damaging Consent », et de la compilation « A Remixes Retrospective ». De l’album est notamment tiré « Reaction » dont le clip primé est réalisé par Cyrille de Vignemont. S’ensuit une période de tournées intensives en club et festival.

En 2012, Christophe Monier forme avec Thomas Regnault (alias Dew Town Mayor) le groupe de deep house Rituel qui publie plusieurs maxis remarqués. Aujourd’hui, Monier apporte la touche finale à son nouvel album en tant que The Micronauts.

Advertisements

One Response to “Bio”


  1. […] Christophe Monier until 2000, when George left. Christophe has continued the venture since (more here). I was never particularly a fan of The Jag and was rather rude about the track back here, quite […]

    Like


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s