Only For DJ’s : Profil Studio The Micronauts

19/12/2012

Nicolas George m’a interviewé pour la rubrique « Profil Studio » du nouveau Only For DJ’s, nº 172 hiver 2012 :

Christophe Monier aka The Micronauts a toujours livré des productions atypiques et développé un véritable concept artistique underground, électro, innovateur, qui lie image et musique. The Micronauts recherche sans cesse les logiciels de demain pour enrichir et faire évoluer sa musique. Immersion à ses côtés, dans son studio !

— Depuis combien de temps travailles-tu en studio ?

Ça va faire 20 ans !

— Quel genre de matériel retrouve-t-on dans ton studio ?

Trois ordis de générations différentes, pour pouvoir retrouver des vieux sons ou des vieux programmes incompatibles, même si j’utilise essentiellement le dernier, un MacBook Pro 13”, autant de cartes sons, des synthés/bàr/sampler (Roland TB-303, MC-202, TR-606, JD-800, JX-10, Korg Z1, Electribe ER-1, WaveStation A/D, Kurzweil K2600X, Kawai K5000S, Waldorf MicroWave XT, Akai S950), quelques effets analogiques en rack (Aphex Type III, DBX 120XP, Drawmer), pas mal de pédales de guitare, et une table de mixage numérique Yamaha 01V96 pour mélanger tout ça.

— Quelle est pour toi l’évolution la plus significative en terme de technologie ?

Le passage au studio virtuel au cours des années 2000. Rien de fondamental ne s’est produit depuis : on en est toujours au stade de l’amélioration et du raffinement sonore et technique. Je note que les ordis rament toujours autant, que les interfaces graphiques sont de moins en moins précises et de plus en plus décoratives, et que le contrôle hardware est toujours aussi bordélique et incomplet.

— Ton avis sur le débat entre analogique et digital ?

Il est biaisé. D’abord les gens sont mal informés, même les pros, et tiennent des positions irrationnelles, quasi religieuses. Ensuite on confond musique et spectacle de la musique. Difficile d’avoir un débat en fait. C’est marrant parce que mes potes qui travaillent dans l’image se heurtent exactement aux mêmes préjugés, avec le débat entre argentique et numérique.

Personnellement je constate que c’est rare d’obtenir de nouveaux sons ou de nouvelles formes avec une technologie ancienne et archi-rabâchée. D’un autre côté je n’hésite pas à me faire parfois bien plaisir avec un vieil instrument que je connais par cœur et qui dispose d’une interface éprouvée. Vive le mélange en fait !

— Es-tu adepte du tout informatique ?

La musique, c’est l’art qui relie le corps et l’esprit. L’ordi satisfait assez bien l’esprit, assez mal le corps.

— Quel matériel conseilles-tu aux jeunes producteurs ?

La base évidemment est d’avoir un ordi et un bon séquenceur audio. Pour avoir travaillé pas mal avec des gens qui sont sur PC Windows, je conseillerais plutôt… un Mac, genre MacBook ou iMac d’occaz. Sauf pour ceux qui sont vraiment affûtés en informatique et qui aiment ça (ce qui est parfaitement légitime).

En ce qui concerne le séquenceur, les instruments et les interfaces, économisez un peu plus longtemps pour aller directement à ceux de bonne qualité. Ainsi vous apprendrez plus vite et mieux, et vous ne vous heurterez pas rapidement à un plafond de verre vous empêchant de progresser.

N’hésitez pas à compléter votre arsenal avec des freewares, certains sont excellents, tout en gardant à l’esprit qu’ils sont spécialisés donc limités.

Un monitoring neutre et qui ne masque aucun défaut est fondamental. Ça dépend autant du choix des enceintes que de leur positionnement et de la configuration de la pièce. Ensuite passez des journées entières à écouter autant de musique possible, dont bien sûr tous vos morceaux préférés, pour imprimer l’acoustique du lieu dans votre inconscient. Avec du savoir faire, il est possible d’obtenir un excellent résultat malgré un budget très limité.

— Quelle serait pour toi l’invention géniale qui te faciliterait encore plus la vie ?

Beaucoup répondent à cette question en imaginant un dispositif qui lirait directement leurs pensées et les traduiraient en sons. Le problème c’est que la bonne musique se crée autant avec le cerveau qu’avec le corps. Je préfère être techniquement moins ambitieux et espérer (sans beaucoup d’espoir) un OS conçu exprès pour le son et la musique en temps réel. Il permettrait d’avoir des programmes à la fois fluides, sans latence, précis, complets, et avec une qualité sonore vraiment pro.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s