Manifeste du collectif espagnol Democracia Real Ya

24/05/2011

Traduction par Lorién Jiménez du manifeste du collectif Democracia Real Ya, à l’origine des manifestations de mai 2011 en Espagne qui se sont transformées en un grand mouvement de contestation et d’occupation (quelques corrections par Laurent Chambon pour Minorités) :

Nous sommes des personnes courantes et ordinaires. Nous sommes comme vous : des gens qui se lèvent tous les matins pour étudier, pour travailler ou pour chercher un boulot, des gens qui ont famille et amis. Des gens qui travaillent dur tous les jours pour vivre et donner un futur meilleur à celles et ceux qui les entourent.

Parmi nous, certains se considèrent plus progressistes, d’autres plus conservateurs. Quelques-uns croyants, d’autres pas du tout. Quelques-uns ont des idéologies très définies, d’autres se considèrent apolitiques. Mais nous sommes tous très préoccupés et indignés par la situation politique, économique et sociale autour de nous. Par la corruption des politiciens, entrepreneurs, banquiers… Par le manque de défense des hommes et femmes de la rue.

Cette situation nous fait du mal quotidiennement ; mais, tous ensemble, nous pouvons la renverser. Le moment est venu de nous mettre au travail, le moment de bâtir entre tous une société meilleure. Dans ce but, nous soutenons fermement les affirmations suivantes :

• L’égalité, le progrès, la solidarité, le libre accès à la culture, le développement écologique durable, le bien-être et le bonheur des personnes doivent être les priorités de chaque société avancée.

• Des droits basiques doivent être garantis au sein de ces sociétés : le droit au logement, au travail, à la culture, à la santé, à l’éducation, à la participation, au libre développement personnel et le droit à la consommation des biens nécessaires pour une vie saine et heureuse.

• Le fonctionnement actuel de notre système politique et gouvernemental ne répond pas à ces priorités et il devient un obstacle pour le progrès de l’humanité.

• La démocratie part du peuple, par conséquent le gouvernement doit appartenir au peuple. Cependant, dans ce pays, la plupart de la classe politique ne nous écoute même pas. Ses fonctions devraient être de porter nos voix aux institutions, en facilitant la participation politique des citoyens grâce à des voies directes de démocratie et aussi, procurant le plus de bienfait possible à la majorité de la société, et pas celle de s’enrichir et de prospérer à nos dépens, en suivant les ordres des pouvoirs économiques et en s’accrochant au pouvoir grâce à une dictature partitocratique menée par les sigles inamovibles du PPSOE [UMPS].

• La soif de pouvoir et son accumulation entre les mains de quelques-uns créent inégalités, crispations et injustices, ce qui mène à la violence, que nous refusons. Le modèle économique en vigueur, obsolète et anti-naturel, coince le système social dans une spirale, qui se consomme par elle-même, enrichissant une minorité et le reste tombant dans la pauvreté. Jusqu’au malaise.

• La volonté et le but du système sont l’accumulation d’argent, tout en la plaçant au-dessus de l’efficacité et le bien-être de la société ; gaspillant nos ressources, détruisant la planète, générant du chômage et des consommateurs malheureux.

• Nous, citoyens, faisons partie de l’engrenage d’une machine destinée à enrichir cette minorité qui ne connaît même pas nos besoins. Nous sommes anonymes, mais, sans nous, rien de cela n’existerait, car nous faisons bouger le monde.

• Si, en tant que société nous apprenons à ne pas confier notre avenir à une abstraite rentabilité économique qui ne tourne jamais à notre avantage, nous pourrons effacer les abus et les manques que nous endurons tous. Nous avons besoin d’une révolution éthique. On a placé l’argent au-dessus de l’être humain, alors qu’il faut le mettre à notre service. Nous sommes des personnes, pas des produits du marché. Nous ne sommes pas que ce que nous achetons, pourquoi nous l’achetons ou à qui nous l’achetons.

Tout cela nous indigne.
Nous croyons que nous pouvons changer tout cela.
Nous pensons pouvoir aider.
Nous savons que, tous ensemble, c’est possible.
Venez dans la rue avec nous, c’est votre droit.

Lire le manifeste sur Rebellyon ou sur Minorités

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s