Pédagogie de la laïcité

29/12/2010

Abdennour Bidar dans Le Monde daté du mardi 21 décembre 2010 :

Pourquoi la laïcité républicaine éprouve-t-elle aujourd’hui tant de difficultés à se faire respecter dans les différents espaces publics ? Pourquoi notre République semble-t-elle désormais contrainte à garantir ce respect en multipliant les lois d’interdiction ? Pourquoi ce même respect de la laïcité doit-il être défendu par des décisions de justice, comme dans l’affaire récente de la crèche de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines) ? La question de la laïcité ressemble de plus en plus à une nouvelle version de la « guerre des deux France ». L’État républicain semble en effet entraîné malgré lui dans une logique d’affrontement avec une forme de guérilla fondamentaliste qui pratique la provocation, le harcèlement, la pression diffuse et multiforme, en testant sans relâche les défenses de la laïcité.

Ce n’est pas l’ensemble des musulmans de France qui est entré dans cette contestation ouverte de la laïcité, mais une minorité active d’entre eux pour laquelle cette laïcité n’est qu’une idéologie concurrente de la leur, et contre laquelle, à ce titre, il leur paraît légitime de faire valoir leur droit à la différence.

Or, c’est bien là que le bât blesse. Là que la responsabilité de la République doit être désignée. Comment se fait-il qu’elle laisse se développer autant sur son territoire cette conviction que la laïcité n’est qu’une idéologie parmi d’autres ? Comment donc ceux qui nous gouvernent n’ont-ils pas prévu que dans une société de plus en plus multiculturelle, où prévalent l’affirmation de soi et la revendication de sa différence, le principe laïque rencontrerait des contestations toujours plus importantes ? Il aurait fallu renforcer dans des proportions considérables le travail d’explication des fondements de cette laïcité, et expliquer aussi qu’elle seule permet justement à une société multiculturelle de ne pas se diviser en communautés séparées. Mais comment faire comprendre que la laïcité n’est pas une vieille lune idéologique française, mais un principe universel de cohésion sociale, qui permet à tous de vivre ensemble au lieu de demeurer dans une simple relation de coexistence ?

La réponse légale ne suffit pas. Il faut une pédagogie de la laïcité, parce qu’il faut former des consciences laïques. Il faut que la laïcité devienne une vertu citoyenne en plus d’un principe politique — une vertu pour que le principe ait des chances de se faire valoir autrement que par la loi. En quel sens, cependant, entendre cette vertu ou conscience laïque ?

Se souvenir de ce qu’on appelle aussi « être laïque » est l’occasion de rappeler qu’avant d’être un principe politique, la laïcité est une « position de conscience » : est laïque la conscience critique ou conscience libre, c’est-à-dire capable de prendre la distance du doute et de la remise en question vis-à-vis de toutes les convictions, vérités, visions du monde, qui la sollicitent. En ce sens, Socrate était laïque, parce qu’il disait « je ne sais qu’une seule chose, c’est que je ne sais rien ». Descartes était laïque, parce qu’avant de dire « je pense, donc je suis », il disait « je doute, donc je suis ». Averroès (philosophe musulman 1126-1198) était laïque, parce que, dans son Traité décisif, il disait que la loi religieuse devait être soumise à l’examen de la raison. Lao-tseu était laïque, parce que le tao commence par dire qu’une voie de sagesse n’est jamais la Voie par excellence. La laïcité politique ou neutralité de l’État est simplement l’objectivation de cette position critique de la conscience qui est valorisée dans toutes les cultures pour sa capacité à se « neutraliser » elle-même afin d’interroger librement les vérités qui circulent parmi les hommes.

Or la situation que nous avons évoquée au départ est née de ce que la République n’a pas investi assez de moyens dans la formation de telles consciences laïques, c’est-à-dire critiques et libres. C’est la raison profonde pour laquelle l’État en est réduit à imposer la laïcité par la force de la loi et du tribunal. Le principe de laïcité est resté trop extérieur pour un certain nombre de consciences : il est demeuré une exigence abstraite et étrangère à l’univers mental et éthique de l’individu. Par conséquent, c’est cette relation d’extériorité entre le principe laïque et les consciences que nous devons travailler maintenant à réduire. Il faut que la laïcité soit comprise et admise par les individus, au lieu de leur être seulement imposée d’en haut.

C’est la nouvelle période historique dans laquelle doit entrer notre laïcité française. La période où le principe politique ferait l’objet d’une véritable intériorisation par les citoyens. Nous devons passer de l’âge politique à l’âge éthique de la laïcité — ce qui doit s’entendre bien entendu dans une logique de complémentarité entre les deux ; il ne s’agit pas de substituer l’éthique au politique. Quel est, en effet, le privilège de cette conscience laïque ?

Elle seule peut adhérer pleinement et d’elle-même au principe politique de laïcité. Car le principe politique hors d’elle rencontre le principe éthique en elle. Une conscience laïque comprend par elle-même, grâce à ce qu’elle est elle-même, que ce principe politique est la condition nécessaire du vivre ensemble. Il y a pour elle correspondance et harmonie entre la pratique de soi — la capacité à relativiser ses propres convictions — et la pratique sociale — le vivre-ensemble fondé sur le dialogue, le compromis, la capacité de comprendre que pour être compris d’autrui on ne peut pas laisser simplement libre cours à l’expression de sa propre identité.

Si notre République ne fait pas cet effort de former des consciences laïques, elle s’expose à rencontrer encore et encore le même adversaire, auquel elle donnera sans arrêt de nouvelles forces : en l’occurrence ce fondamentalisme islamique qui précisément ne veut pas négocier ses propres convictions, et qui les revendiquera de façon toujours plus radicale dès lors qu’il ne trouvera en face de lui que la réponse répressive. Mais la loi du plus fort n’est la loi que tant qu’on reste le plus fort, disait Pascal…

Si en France un effort de pédagogie laïque n’est pas conduit à la hauteur qui est aujourd’hui nécessaire, que peut-il se passer ? La pente naturelle des sociétés multiculturelles est de voir se former des communautés distinctes qui s’éloignent les unes des autres, et des consciences qui n’ont bientôt plus d’autre souci que d’affirmer leur propre différence.

Dans une telle société, l’exigence politique de laïcité risque de se heurter de plus en plus à l’incompréhension et à l’hostilité. Des individus qui n’auraient comme conscience de soi que le « droit à la différence » ne comprendraient plus du tout la loi laïque qui impose des limites à l’expression de ce droit, la jugeant absolument contraire à leur liberté. Le divorce latent entre la société multiculturelle et l’État laïque serait alors consommé.

Voilà à quoi nous expose le retard que nous prenons à former des consciences laïques. Un face-à-face ou dialogue de sourds aggravé entre l’État et les consciences. Et si ces consciences non laïques se multiplient comme elles le font actuellement faute de pédagogie, combien de temps encore la loi et le principe de l’État laïque auront-ils la force de s’imposer ? Combien de consciences en nombre suffisant continueront de la défendre en comprenant sa légitimité ?

Lire ce point de vue sur son site d’origine

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s