La Propriété de son corps et la prostitution

26/11/2010

Intervention de Marcela Iacub à l’Université de tous les savoirs le 14 octobre 2006, publiée dans Le Monde daté du mardi 17 octobre 2006 :

On aurait pu croire qu’avec la révolution sexuelle, tous les stigmates frappant la sexualité multiple ou hors mariage des femmes disparaissant, la prostituée connaîtrait la même promotion sociale que la fille-mère. De femme salie par une activité réprouvée, elle deviendrait une travailleuse ni plus ni moins honorable que les postières ou les écrivaines.

La révolution sexuelle n’a-t-elle pas imposé le principe selon lequel le caractère licite d’un rapport sexuel ne dépend que du respect du consentement des partenaires ? Et la prostitution n’est-elle pas une activité sexuelle où le consentement s’exerce à son état le plus pur ? À tel point qu’on négocie les tarifs, on choisit ses clients, on fixe d’avance ce qu’on fera ensemble, toutes choses que les gens éperdus de passion ne sauraient faire. Et pourtant, les détracteurs de cette activité s’acharnent désormais à nous montrer que les prostituées ne sont pas vraiment consentantes. Car quel autre type d’argument serait-il légitime d’avancer qui soit compatible avec une morale du consentement ?

La manière la plus répandue de mettre en cause le consentement des personnes qui se prostituent est de faire l’amalgame avec celles qui sont contraintes par des trafiquants à entretenir des rapports sexuels contre de l’argent que par ailleurs elles ne touchent pas. Mais devrait-on appeler « prostituées » ces victimes de la criminalité organisée ? Peut-on dire que les anciens esclaves américains étaient des agriculteurs lorsqu’ils récoltaient du coton ? On disait d’eux qu’ils étaient des esclaves.

Une femme qui est forcée de se prostituer est une esclave, et non pas une prostituée. Ce qui est criminel, c’est l’esclavage, et peu importe la tâche à laquelle la victime est vouée.

D’ailleurs, ce n’est pas parce qu’un domaine d’activité humaine est gangrené par des esclavagistes qu’on y renonce : on pourchasse les criminels, et on crée un cadre légal pour les autres. Ainsi, le fait qu’il existe en France des ateliers clandestins de couture rend-il les employés des industries textiles qui respectent le code du travail eux aussi des travailleurs forcés ?

« Arguments fallacieux, criera-t-on. Celui ou celle qui travaille dans la couture vend sa force de travail, tandis que la prostituée, elle, vend son corps, elle se vend donc elle-même, tout comme ceux qui vendent leurs organes. »

Pourtant, la prostituée n’aliène rien d’elle-même définitivement. De même que la personne qui invente des logiciels informatiques loue son cerveau ou vend un service intellectuel, celle qui se prostitue loue ses organes sexuels, vend un service sexuel, et non pas un organe sexuel. Elle fait un métier tout à fait comparable à celui d’un masseur. Mais on dit que le sexe n’est point comme le cerveau ou la main, que rendre un service sexuel est un acte très intime, très personnel, que la froideur de l’argent ne lui convient pas. Donner son sexe, entend-on souvent, c’est se donner tout entier, de sorte qu’on ne pourrait le louer sans se vendre soi-même : comme un esclave !

Il s’agit là d’une conception de la sexualité tout à fait respectable, et que beaucoup d’entre nous partagent, mais qui n’en reste pas moins une parmi d’autres. Avons-nous le droit de l’imposer à tout le monde ? Un État pluraliste, qui fait sienne une morale du consentement et non pas de la vertu, ne saurait imposer une conception unique de la sexualité à tout un chacun : il cherche à faire respecter les différentes significations et valeurs que les citoyens peuvent attribuer à cette activité. Et d’ailleurs, si l’on voulait imposer que toute sexualité soit intime, personnelle, ne devrait-on pas interdire, par exemple, les partouzes et les activités sexuelles de ce genre ?

Hélas, raisonner sur ces questions agace. On en vient rapidement à entendre des arguments plus émotionnels. On dit : « N’avez-vous jamais parlé à des prostituées ? N’avez-vous pas entendu qu’en général elles ne font pas cela de gaieté de cœur, mais parce qu’elles y sont contraintes par la nécessité et la misère ? Quelle femme, en vérité, pourrait apprécier de se vendre ainsi ? »

Certes, on se prostitue pour de l’argent, et non pas, par définition, gratuitement ; mais si tous ceux qui sont poussés à travailler parce qu’ils ont besoin de gagner leur vie étaient considérés comme des esclaves, il ne resterait que quelques rentiers pour se prévaloir du statut d’hommes libres. Je suis, pour ma part, assez favorable à l’idée de revenu universel inconditionné. Mais il est curieux qu’on ne se montre jamais aussi furieusement anticapitaliste qu’avec la prostitution…

Au fond, les détracteurs de la prostitution veulent dire que la morale du consentement ne s’adresse qu’à ceux qui cherchent à assouvir leurs désirs ou à éprouver du plaisir dans la réciprocité. Il leur paraît scandaleux qu’on l’utilise pour des relations unilatérales comme la relation prostitutionnelle. Mais pourquoi serait-il illégitime de consentir à un rapport sexuel pour une autre raison que le désir irrésistible qui nous y pousse ou pour le plaisir délicieux qu’on y trouve ?

Il n’y a rien là qui aille contre les règles ordinaires du consentement. À combien d’actes sexuels tant d’honnêtes gens consentent-ils tous les jours qui n’ont ni pour cause le désir, ni pour conséquence le plaisir, mais par exemple la générosité, la routine ou un certain sentiment du devoir ? À l’opposé, ne peut-on aussi imaginer des actes sexuels non consentis mais que les victimes désirent ou dans lesquelles elles éprouvent du plaisir ? De tels actes ne manqueraient pas pour autant d’être heureusement considérés comme des agressions sexuelles.

Il semble décidément difficile, dès lors qu’on se place dans le cadre d’une morale du consentement, de condamner la prostitution. Certes, il reste la solution de revenir, explicitement, à une morale de la vertu et des « bonnes mœurs ». Mais, dans ce cas, si l’on ne veut pas être de nouveau incohérent, il faudrait aligner l’ensemble de la révolution sexuelle sur une telle morale, et dire aux gens l’usage de leurs organes sexuels qui plaît à l’État. Mais cela a un nom : c’est une Restauration.

L’incohérence, c’est-à-dire l’incapacité à aller jusqu’au bout de ses idées, n’est pas seulement un vice de la pensée : elle a parfois de fâcheuses conséquences politiques. Ne l’oublions pas.

Lire cet article sur son site d’origine

Lire aussi sur le même sujet « Non à la police des consciences et des corps » de William Marx, « Prostitution : punir les clients pour le bien du plus grand nombre ? » de Ruwen Ogien et (en anglais) « Why I’m Happy I Became A Prostitute » de Charlotte Shane

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s