Ce que devrait être la gauche

17/11/2010

Christophe Prochasson, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, spécialiste de l’histoire intellectuelle, interviewé par Olivier Schmitt dans Le Monde daté du samedi 13 novembre 2010 :

— Au moment où l’écologie politique s’unit dans une nouvelle organisation, pensez-vous que ce peut être un atout pour la rénovation de la gauche ?

En entrant dans le XXIe siècle, nous n’avons pas quitté le XXe siècle [mais] le XIXe, où ont surgi toutes les idées développées au siècle suivant. Notre façon de concevoir la politique passe donc par des références anciennes qui se délitent aujourd’hui. L’écologie politique peut être le lieu d’une nouvelle manière de penser le monde.

N’ayant pas de référents doctrinaux, c’est un mouvement « présentiste », sans passé, esquissant un avenir différent de celui que se dessinait la gauche autrefois, celui « des lendemains qui chantent ». L’écologie décrète l’état d’urgence. C’est tout de suite et maintenant qu’il faut agir, comme sur le climat par exemple. Pour ces raisons, je crois que c’est un mouvement qui peut marcher.

— Et pourra-t-il durer ?

L’écologie est un tournant qui touche l’ensemble de la classe politique. Il touche plus la gauche, en quête d’identité, de repères doctrinaux, parce qu’il est à même de la réarmer idéologiquement. Cela a commencé il y a une dizaine d’années. La référence à l’écologie n’est plus seulement un appel du pied à une sensibilité électorale ou à une figure de rhétorique obligée, politiquement correcte.

— Peut-on dire que l’écologie est innovante ?

On commence à comprendre que l’écologie permet de repenser les questions de justice, les rapports sociaux et le développement économique lui-même. L’écologie marque la fin d’une relation naïve au progrès adossé à la technique et au développement industriel. Elle montre qu’il y a d’autres formes de développement possibles. Ce que l’on pourrait appeler le progrès humain.

On voit bien comment les wagons du « care », c’est-à-dire le souci des autres, pourraient s’y accrocher. Il y a là, vraiment, de nouvelles perspectives doctrinales qui permettent d’articuler un discours neuf sur des valeurs neuves.

— Quelles seraient ces valeurs ?

Le mouvement écologiste renoue avec ce que devrait être la gauche : il y a dans la geste politique d’Europe Écologie une volonté de moraliser la politique, au sens d’une mise en scène différente de la politique et de la relation des hommes politiques avec les citoyens. Une quête d’authenticité, de transparence, de refus du cynisme qui règne partout ailleurs. C’est le sens de l’émergence d’une figure comme celle d’Eva Joly qui, de ce point de vue, est tout à fait de son temps.

Eva Joly est l’incarnation, l’icône de cette écologie politique qui veut introduire de nouveaux comportements. Le sarkozysme commençant à renforcer ce besoin d’autre chose, d’un autre pacte entre les politiques et le peuple.

— À un moment où la société, très individualiste, s’inquiète toujours plus de sa sécurité, le côté « collectif libertaire » des écologistes n’est-il pas un handicap à sa propagation ?

On sous-estime les recompositions du collectif. Au fond, Ségolène Royal et son idée de démocratie participative, dont personne ne parle plus aujourd’hui, avaient touché quelque chose. Même si dans les cinquante dernières années, nos sociétés se sont profondément démocratisées et individualisées, de nouvelles formes de collectif et de solidarité se composent aujourd’hui, de nouvelles formes d’engagement qui interdisent de voir notre avenir social et politique à travers la grille de l’individualisme.

L’écologie politique, parce qu’elle est moderne, peut concilier ces tensions apparemment contradictoires. Au moment de l’explosion des réseaux sociaux, par lesquels les gens échangent, échafaudent des solutions, c’est peut-être la vocation de l’écologie politique d’inventer de nouvelles coopérations intellectuelles.

Sélection d’articles sur le même sujet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s