L’UMP, un parti de privilégiés

04/11/2010

Jean-Claude Pacitto, enseignant-chercheur à l’université Paris-Est, dans Le Monde daté du vendredi 5 novembre 2010 :

On sait qu’en Grande-Bretagne la longue traversée du désert du Parti conservateur avait pour cause principale son image de nasty party (« méchant parti »). En effet, le Parti conservateur apparaissait de plus en plus comme le parti des catégories privilégiées et s’était ainsi coupé des classes moyennes, qui avaient pourtant assuré le succès de Margaret Thatcher dans sa lutte avec les syndicats.

Plus profondément, ce que l’on reprochait au Parti conservateur, c’était son incapacité à être en phase avec les problèmes des gens et son idéologisme qui l’éloignait des réalités vécues par la majorité des citoyens britanniques. Le syndrome du nasty party a marginalisé le Parti conservateur pendant plus d’une décennie, et il a fallu toute l’habileté de communication de David Cameron pour amender cette image désastreuse.

N’en doutons pas, aujourd’hui, l’UMP souffre des mêmes maux et apparaît à la fois comme le parti des privilégiés, mais aussi comme un parti coupé des réalités. Lorsque l’on écoute ses principaux dirigeants, on est frappé par la tonalité généraliste des propos où l’on se réfugie volontiers derrière des termes commodes, comme la réforme, pour masquer, la plupart du temps, une incapacité à comprendre une réalité sociale difficile.

On se projette le plus souvent dans l’avenir, alors que pour des millions de Français les difficultés économiques sont quotidiennes et à très court terme. On comprend mieux, dès lors, pourquoi les salariés (du privé comme du public) ont pris leurs distances avec ce parti, ce que toutes les enquêtes confirment. Même le discours sur l’entreprise apparaît formaté et loin des préoccupations des millions de petits entrepreneurs. Il est souvent dit que le sarkozysme serait un avatar du bonapartisme. Peut-être, mais dans son versant affairiste et huppé, et l’on cherche en vain à l’UMP des personnes capables d’incarner le versant social et populaire du bonapartisme, l’équivalent de ce que représenta le binôme PasquaSéguin au RPR.

On touche ici une des faiblesses de ce parti. C’est un parti entièrement structuré autour de la personne du président de la République et où la diversité idéologique est très faible. La raison en est simple : toute analyse divergente est traitée comme une attaque contre le président, on est pour ou contre lui. De ce point de vue, nul doute que Dominique de Villepin, en personnalisant trop ses critiques, n’ait su éviter ce piège.

Le conformisme qui résulte de cet état de fait n’est pas sans expliquer un certain autisme des principaux dirigeants de l’UMP lorsqu’il s’agit d’appréhender la réalité. Les logiques courtisanes préparent rarement à affronter les crises. Ces logiques sont à l’œuvre dans tous les partis mais, à l’UMP, elles sont poussées à leur paroxysme.

L’effet pervers d’une telle situation, c’est l’incapacité de l’UMP à cristalliser autour d’elle des électeurs qui se retrouveraient dans telle ou telle approche de ses dirigeants et de la sorte amortiraient la désaffection vis-à-vis du président, ou du moins envers la majorité présidentielle. On a beaucoup critiqué les courants du Parti socialiste (PS) devenus très vite plus des écuries présidentielles que des laboratoires d’idées.

On oublie pourtant qu’ils ont certainement permis au PS d’agréger des groupes d’électeurs et de militants aux motivations parfois divergentes, et ainsi de mieux résister aux multiples tempêtes électorales qu’a subies ce parti. Il n’est pas sûr que, confrontée à de telles tempêtes et possiblement privé du soutien de la présidence, l’UMP résisterait aussi bien.

S’il appartient aux partis de préparer l’avenir, il leur appartient aussi de comprendre le présent. Bien sûr qu’il existe de multiples blocages dans la société française, des corporatismes solidement ancrés, corporatismes qui se parent volontiers des oripeaux de l’intérêt général, qui le nie ? La passion pour l’égalité est, dans notre pays, très souvent contrebalancée par le désir d’échapper à la loi générale en multipliant les statuts dits spéciaux.

Mais il existe aussi des millions de salariés ou d’entrepreneurs qui luttent quotidiennement pour leur survie et pour qui l’ascenseur social ne fonctionne plus. La crise a accentué ces tendances lourdes de notre société ; il s’agit pour les politiques de répondre à ces attentes en sachant que les réponses seront modestes, mais continues dans le temps. On oublie trop souvent, comme l’avait magistralement démontré naguère le sociologue Michel Crozier, que l’on ne change pas la société par décrets.

Lire cet article sur son site d’origine

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s